Carnaval à l’IEM Rossetti

Jeudi 13 février, les jeunes de l’IEM Rossetti ont défilé lors du carnaval de l’Institut ayant pour thème la mode. C’est sous le regard de Geneviève de Fontenay et de Karl Lagerfeld, fabriqués par les élèves, qu’ils ont défilé sur le tapis rouge.

Et enfin, les stars défilent !

L’après-midi se termine en musique sous une avalanche de confettis !

Congrès de la SOFAMEA

Du mercredi 22 janvier au vendredi 24 janvier 2020, a eu lieu le congrès de la SOFAMEA (Société Francophone d’Analyse du Mouvement chez l’Enfant et l’Adulte) organisé par le Centre de Santé spécialisée handicap Rossetti des PEP 06.

Ces 3 jours avaient pour objectifs d’améliorer les connaissances de chacun, d’échanger entre les équipes, de mettre en place des collaborations, de valoriser et de standardiser des pratiques. Pour cela, chaque journée était différente des autres. Le premier jour, à l’Espace Emile Serna, mettait en avant la pratique pour les personnes travaillant dans les laboratoires d’analyse du mouvement.

Le deuxième jour a vu 8 conférenciers passer au Parc Phoenix pour parler des techniques permettant l’amélioration du mouvement chez les enfants ou les adultes présentant des troubles neurologiques.

Enfin, le troisième et dernier jour était consacré aux projets de recherches. Il y a eu 27 présentations ce jour-là, au Parc Phoenix. Au total, le congrès a vu défiler pas moins de 140 participants dont une vingtaine d’exposants venant de la France et de différents pays francophones.

Inauguration de l’amphithéâtre de l’IES Clément Ader PEP 06

Samedi 25 janvier, l’IES (Institut d’Education Sensorielle) Clément Ader PEP 06 inaugurait son nouvel amphithéâtre, en présence d’Harmonie Mutuelle, qui a financé le projet de rénovation.

Chaque année, l’IES met en place différents projets artistiques avec les enfants. Dans ce cadre, il a été proposé aux bénéficiaires de l’institut de rénover l’amphithéâtre, situé au cœur de la cours de récréation.  Ce projet a été mené par l’encadreur technique « métiers du bâtiment », Patrick Depont. Voici les actions qui ont été accomplies :

  • Décroutage des sols et murs abîmés
  • Reprise des étanchéités
  • Création d’un plancher en bois, traité
  • Remplacement de l’éclairage existant non fonctionnel
  • Peinture des murs et escaliers.

Enfin, une rampe d’accès PMR (Personnes à Mobilité Réduite) est en cours de création pour finir le chantier.

itations à tous les bénéficiaires de l’IES qui ont participé à ces travaux !

Merci à Harmonie Mutuelle pour leur fidèle et généreux soutien.  

LUMIÈRE SUR les Professeurs d’Activités Physiques Adaptés

Le Centre de Santé spécialisé handicap des PEP 06, met à disposition une équipe médicale et paramédicale spécialisée dans le handicap moteur via différents pôles : Handiconsult06, SOS prothèse et les consultations de Médecine Physique et Réadaptation, de chirurgie orthopédique, de gériatrie, de validation de fauteuil roulant électrique… J’ai voulu en savoir plus sur la rééducation au Centre de Santé. Cette partie est partagée entre le Lokomat (entraînement robotisé à la marche), le Grail (entraînement à la marche avec immersion en réalité virtuelle), l’ArmeoSpring Pediatric (orthèse mécanique pour les membres supérieurs), la kinésithérapie classique et les Activités Physiques Adaptées dites APA. Pour en savoir plus, je suis allée à la rencontre de Léa Calhan, professeur APA depuis mai 2017.

Morgane Méplomb : Quel est ton métier, Léa ?

Léa Calhan : Je travaille en tant que prof APA.

M.M. : Ça veut dire quoi travailler en tant que prof APA ?

L.C. : En tant que professeur d’activités physiques adaptées. En gros, je propose des activités physiques et sportives à des personnes avec des besoins spécifiques. […] En fait ce sont des personnes en situation de handicap. Le handicap ça peut aller de personnes âgées, personnes en situation d’obésité, à des enfants paralysés cérébraux ou … des personnes paraplégiques, des amputés … […] Ici on a un groupe avec des personnes âgées, et on a des enfants qui sont surtout paralysés cérébraux.

M.M. : Qu’est-ce que tu fais, par exemple ?

L.C. : Là je commence, de plus en plus, à avoir de la prise en charge. […] A la base, le plus gros de notre temps de travail c’était les analyses de la marche pour les personnes âgées dans le cadre de la prévention des risques de chute. Jusqu’à maintenant, je dirais 70% de mon temps de travail c’est l’analyse de la marche. […] Ce qui est totalement différent de ce que fait un prof APA « normal ». Normalement, un prof APA fait 100% de prise en charge. Nous, au Centre de Santé, on a surtout de l’analyse de la marche, on nous a formé à ça. Et c’est très intéressant, on apprend beaucoup sur les altérations de la marche qu’on peut retrouver dans nos prises en charge et donc mieux les comprendre et travailler dessus.
On a de plus en plus de patients, pour la prise en charge. Là, tu vois, j’ai au moins 2h de prise en charge par jour. Mais sinon, on se déplace dans les EHPAD. On y va 2 fois par semaine. Et on va faire des analyses de la marche. Et dans le cadre des appels à projets, c’est dans les vallées. La vallée de la Roya, de la Vésubie… […] Dans la vallée de la Vésubie, ils n’ont même pas accès au médecin ! Donc, dans le cadre des appels à projets, on est financés pour ça, pour aller faire des analyses de la marche. On met en place des ateliers pendant 5 à 7 semaines et on présente des personnes de là-bas, des acteurs locaux, pour que ça puisse se pérenniser. On a des bons retours ! Par exemple, dans la Vésubie, […]  on a fait ça dans une salle de sport […], du coup les profs ont ouverts des créneaux gym douce pour les personnes âgées.
[…] On se déplace une à deux fois par semaine. […] Quand on part la matinée, on fait à peu près 30 personnes et si on part la journée, on voit… entre 50 et 60 personnes. Et après, il faut tout traiter sur l’ordinateur et faire les comptes-rendus avec le médecin. […]
Sinon, pour la prise en charge des enfants l’activité varie, je peux faire une séance APA en salle, prendre l’enfant au Lokomat ou bien au Grail.

M.M. : A partir de quel âge tu les prends ?

L.C. : Les enfants ? […] En fait ça tourne autour du Lokomat surtout. Le Lokomat, il y a quand même des minimums et maximums, tu vois. On fait surtout par rapport à la taille du fémur, mais à peu près, on les prend à 4 ans.

M.M. : Oui, avant ils sont trop petits.

L.C. : Ils sont trop petits et ils ne rentrent pas dans le Lokomat. […]

M.M. : Et après, au plus âgé ?

L.C. : Et après, plus âgé… En fait, ça dépend. Moi j’ai des vieux, des petits vieux. Je crois que mon plus âgé, il a 85.

M.M. : Ah oui ! Tu les garde longtemps avec toi !

L.C. : Non, mais après ce n’est pas garder, c’est vraiment deux pôles différents. Il y a le pôle pédiatrie et les séniors.

M.M. : Et tu n’as pas de juste milieu.

L.C. : Ado, on n’en a pas trop. Et, normalement, on ne fait pas l’adulte, on fait surtout de la pédiatrie.

M.M. : Pourquoi ?

L.C. : Parce qu’ici, c’est l’orientation qu’ils ont voulu prendre au Centre de Santé, d’être un centre pédiatrique. On a un petit peu d’adultes, mais surtout sur les consultations, nous on ne les voit pas en rééducation, à part exception. On a surtout des enfants. Après, on va jusqu’aux jeunes adultes…[…] 22,23 ans […]. Et après le sénior, vraiment sénior, plus de 65 ans.

M.M. : Et c’est compliqué de travailler avec ces personnes ? Personnes qui ont un handicap, qui sont malades…

L.C. : Ça dépend sur qui tu tombes. […] En fait c’est compliqué parce que c’est pas du tout homogène. Tu peux tomber sur des cas complètement différents. Là c’est clairement le cas qu’on a eu avec deux enfants. Il n’y a qu’un an d’écart, 5 et 6 ans, et ce sont deux mondes différents. Il y en a une… elle était volontaire, elle bougeait partout, elle était pleine de vie, quoi ! Et la seconde, c’était plutôt, fallait tout lui faire. Deux tempéraments complètement différents. En fait c’est surtout ça, ce n’est pas qu’une histoire de handicap. C’est aussi une histoire de personnalité. […] Après c’est sûr que le handicap doit jouer sur la personnalité. Mais ce n’est pas le handicap qui est difficile, c’est est-ce qu’ils sont volontaires ? […] Et on voit le retour de notre travail directement sur les enfants. L’enfant pleine de vie a fait de très beaux progrès, l’autre c’était plus difficile et du coup tu as l’impression de dépenser énormément d’énergie mais que le patient n’est pas du tout réceptif, tu n’as pas de retour.

M.M. : Merci, Léa. Tu veux ajouter quelque chose ?

L.C. : Je suis très contente de travailler ici, c’est un très bon travail. Je suis contente de venir travailler le matin. […]

Les vœux et la galette de l’IES Clément Ader PEP 06

Samedi 25 janvier, l’IES (Insitut d’Education Sensorielle) Clément Ader des PEP 06 a célébré la nouvelle année 2020 en présence de Michel De Zerbi, trésorier des PEP 06 et de Frédéric Marinoni, directeur adjoint à l’IES. Le directeur général, Patrice Dandreis a profité de ce moment pour faire un bilan de l’année 2019 et exposer les projets pour l’année 2020. La traditionnelle galette a ensuite été partagée avec les jeunes bénéficiaires et leur famille.